Origine du prénom « Wolfgang » (Mozart était-il un voleur ?)

Mozart est ce compositeur génial coiffé d’une perruque chantilly, créateur du fantastique opéra Don Giovanni dont l’un des personnages est à l’origine du mot leporello. Il est assez répandu que les prénoms ont une signification. Mais savez-vous ce qui se cache derrière le prénom Wolfgang ? Wolf signifie le loup en allemand, et Gang, la démarche. Eh oui, Mozart a le prénom de plus badass jamais donné à un compositeur de musique classique : « démarche de loup » !

Voici pour vos beaux yeux une anecdote sur Mozart, que j’ai entendue en cours de solfège (ceci n’est pas une source scientifique, mais elles viendront après, ne vous inquiétez pas, mouahaha !)

Imaginez-vous, nous sommes en 1770, à Pâques. Comme tous les ans, la Chapelle Sixtine fera jouer par ses chœurs un morceau classé secret défense, bien à l’abri dans les placards fermés à double tour du Vatican : joué deux fois l’an devant le pape (qui plus est à potron-minet), personne de l’extérieur n’a le droit de jeter un œil aux partitions, il est interdit aux chanteurs de l’interpréter au-dehors, et quiconque dans les auditeurs serait surpris en train de prendre des notes est immédiatement mis dehors. La peine prévue est… l’excommunication, rien de moins ! Cette œuvre ? Le Miserere (musique) du compositeur baroque Gregorio Allegri (1582-1652).

C’est là que W. A. Mozart, âgé de 14 ans, entre en scène. Son père l’a amené à Rome pour qu’ils assistent aux services pontificaux. Le matin du Mercredi Saint, le petit Wolfgang entend une première fois le Miserere. Il rentre à leur demeure de villégiature, et réécrit de mémoire la pièce. Le père et le fils retournent pour le Vendredi Saint, et au retour, Wolfgang fait quelques corrections à son brouillon. La pièce sacrée est sortie des murs du Vatican !

Cette anecdote est mentionnée dans les lettres intimes du père du génie, Leopold Mozart. Certains ont mis en doute la capacité d’un adolescent à retenir une pièce entière, alors pour plus de détails sur les coulisses de l’exploit de Wolfgang au Vatican, cet article du  Dr Bernard Croisile (Neurologue des Hôpitaux, docteur en neurosciences, Service de Neuropsychologie, Fonctions cognitives, Langage et Mémoire, Hôpital Neurologique de Lyon). Il y explique comment la structure de l’œuvre a pu aider Mozart à mémoriser ainsi une pièce de 11 minutes. Il y est aussi fait mention d’un autre fait de gloire de mémorisation musicale. Fascinant ! 

Bonus : Comme une étymologie peut souvent en cacher une autre, nous voilà maintenant  armés pour comprendre l’étymologie de l’expression a cappella. Ce terme musical désigne un morceau pour voix seules, sans accompagnement instrumental. Or, cappella signifie « chapelle » en italien ! Quel est donc le lien entre chanter « à la manière de la chapelle [pontificale] « et chanter sans instru » ? La Chapelle Sixtine, bien sûr ! Ce lieu emblématique du Vatican était notamment célèbre pour ses pièces pour chœur seuls, comme pour le Miserere !


💬 Pour commenter, c’est facile, il suffit d’indiquer un pseudo et de valider ! Pas besoin de renseigner d’e-mail ou de site web (sauf si vous voulez être averti quand quelqu’un répond à votre commentaire, par exemple si vous me posez une question !).

MozartVeronadallaRosa

Wolfang Amadeus Mozart [14 ans] à Vérone by dalla Rosa, janvier 1770

sources :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Wolfgang
http://blog.happyneuronpro.com/mozart-miserere-allegri

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.