Le problème avec Trump : définition et origine du mot gaslighting

Dans la presse anglophone, le mot gaslighting est partout. Que veut-il dire ? Quelle est son étymologie ? Et surtout : pourquoi est-il si important en ce moment ?

Origine du mot gaslighting

Définition

Pour définir de manière simple et efficace ce mot, on peut dire que le gaslighting est une forme d’abus psychologique qui consiste à faire croire à une personne (la victime) qu’elle a imaginé des événements, au point de la rendre folle.

« C’est dans ta tête, monsieur Tweedy ! »
— Chicken Run (2000)

Étymologie

Littéralement, gaslighting signifie « lumière émise par une lampe à gaz » (gas/gaz + light/lumière). Mais quel est le lien entre la signification de ce mot et l’éclairage au gaz ?

Ou, comme j’aime mieux les questions absurdes : quel est le rapport entre Trump, une lampe à gaz et une moustache ?

Papa malgré lui

Rappel : un néologisme est un mot créé par une personne, comme ça, un jour en se levant le matin, elle invente un mot, et BIM ! BIM ! BIM ! BIM ! tout le monde se met à l’utiliser et il finit (ou pas) par avoir son Happy end : entrer dans le dictionnaire et avoir beaucoup d’enfants (des « dérivés » : adjectifs, verbes, expressions…).

Note : je prends la liberté de dériver gaslighting dans tous les sens : gaslighter (verbe), gaslighté (participe passé), que nous gaslightassions (subjonctif imparfait), etc.

Donc, le papa du mot gaslighting s’appelle Patrick Hamilton. Et il n’a même pas créé ce mot intentionnellement. Ce qu’il a conçu intentionnellement, en revanche, c’est une pièce de théâtre à succès. Sous-titrée « Thriller victorien en trois actes » et jouée pour la première fois en 1940, elle s’intitule… Gas Light.

C’est l’histoire d’un couple. Le mari torture discrètement sa femme en niant d’abord des choses toutes bêtes. Puis, il passe à la vitesse supérieure, et baisse la luminosité de l’éclairage au gaz de leur maison sans prévenir. Sa femme s’en aperçoit et lui demande ce qu’il se passe. Il va alors la persuader qu’elle s’imagine des choses et que la luminosité est — et a toujours été — complètement normale. Convaincue que ses perceptions sont fausses et qu’elle ne peut pas se fier à ce qu’elle voit ou pense par un mari cruel, elle va devenir folle !

Gas Light met en scène l’exemple parfait de gaslighting à l’éclairage au gaz. La pièce est devenue emblématique, et son titre un nom commun — en anglais, puis en français (quoique pas encore ajouté au Larousse). Gaslighting est donc une antonomase, à l’instar du mot frigo, ou encore pamphlet, mot inventé à partir du nom d’une jeune fille violée dans une pièce de théâtre antique.

3 exemples célèbres de gaslight

Le Merveilleux destin d’Amélie Poulain

Le cinéma a repris le gaslighting à son compte, comme dans ce célèbre film français. À un moment, Amélie est outrée que l’épicier soit si horrible avec son employé. Elle s’introduit chez l’épicier alors qu’il s’est absenté, et change quelques détails anodins. Amélie remplace ses pantoufles par la même paire trois tailles au-dessous, le dentifrice par du cirage, elle reprogramme le téléphone pour que lorsqu’on veut appeler le numéro préenregistré de la maman de l’épicier, on appelle plutôt l’accueil d’un hôpital psychiatrique, et surtout, surtout, elle change les ampoules pour que la chambre soit moins lumineuse. Du gaslighting en règle !

Le cri de l’épicier à la fin est mon moment cinématographique préféré.

Donald Trump

Exemple d’actualité : suite à la révélation par un lanceur d’alerte que le président des États-Unis a demandé au président ukrainien d’enquêter sur l’opposant de Trump pour la présidentielle de 2020 dans l’espoir de trouver des dossiers sur lui et le discréditer, Donald Trump n’a cessé de nier les faits. Même après publication de la transcription de l’appel où c’est écrit noir sur blanc, comme dans ce tweet :

(NDLT: Si ce coup de téléphone parfait avec le président de l’Ukraine est considéré comme inapproprié, alors aucun président dans le futur ne pourra jamais passer d’appels avec des chefs d’États étrangers !)

Ce n’est pas le premier exemple, et Trump est régulièrement accusé de tenter de gaslighter les Américains depuis son arrivée au pouvoir en 2016, notamment via ses interviews et sa présence sur les réseaux sociaux. Il y a même un livre à ce propos : Gaslighting America: Why We Love It When Trump Lies to Us (NDLT: Gaslighter l’Amérique : pourquoi nous aimons quand Trump nous ment).

Harry Potter et l’Ordre du Phénix

Passons à un exemple d’un tout autre genre, et penchons-nous sur le cinquième opus d’Harry Potter. Dans le livre, alors que Voldemort est revenu à la vie à la fin du tome 4 sous les yeux et grâce au sang d’Harry, personne ne le croit ! Laissé seul chez ses affreux oncle et tante pendant les vacances d’été, il ne peut se confier à quiconque, et souffre des accusations perpétuelles de la presse des sorciers qui l’accusent d’avoir tout inventé, ou pire, d’avoir perdu la tête. La Gazette du Sorcier, journal de prédilection du Ministère de la Magie britannique titre d’ailleurs :

The boy who lies?
— La Gazette du Sorcier (NDLT : Le garçon qui ment ?)

L’essentiel en quelques points

  • gaslighting vient du nom d’une pièce de théâtre anglaise : Gas Light par Patrick Hamilton (1940), où un homme rend sa femme folle en lui faisant perdre foi en ses perceptions et sa capacité à comprendre le monde.

Vous avez d’autres exemples de gaslighting dans les films, livres ou dans l’actualité ? Racontez-les en commentaire, j’en fais la collection !

Donald Trump serait-il un adepte du gaslighting ?

Bonus

Le court-métrage mystérieux

Edgard (2014) est un court-métrage des étudiants de l’École des Gobelins que j’adore et qui est assez difficile à interpréter. Edgard est-il un exemple de gaslighting ?

Dites-moi dans le sondage anonyme ci-dessous si vous pensez qu’Edgard est est un exemple de gaslighting, ou si vous avez une autre théorie ! 😊

Ce qui m’a fait penser qu’Edgard parle de gaslighting, c’est que j’ai découvert un livre français de 1986 qui parle aussi d’une moustache disparue, et d’un étrange gaslight de son ancien porteur. La Moustache est un roman d’Emmanuel Carrère, adapté par lui-même en une comédie dramatique (2005) avec Vincent Lindon, Emmanuelle Devos et Mathieu Amalric.

Synopsis

Un homme décide de raser sa moustache pour voir comment sa femme et ses amis vont réagir. De fait, ils ne réagissent pas du tout. C’est comme si personne n’avait remarqué qu’il avait un jour eu une moustache, ou pire, que cette moustache n’avait toujours été qu’une illusion de son esprit. La caractéristique du film est qu’il laisse l’ambiguïté planer : est-ce que cet homme subi un gaslighting en règle ou est-ce qu’il perd vraiment les pédales ? Ce qui veut dire que le film nous met dans la position de celui qui est gaslighté car on ne peut décider avec certitude entre les deux.

Sources

https://www.merriam-webster.com/dictionary/gaslight
Witch, Please! Episode 9 : The Cleansing Fire, http://ohwitchplease.ca/2015/09/episode-9-the-cleansing-fire/
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=57731.html
https://en.wikipedia.org/wiki/Gaslighting

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.