L’origine universelle du mot thé

Enfilez votre pardessus et vos bottes de pluie, nous embarquons pour une exploration du mot « thé » ! Préparez-vous à découvrir les origines et l’étymologie de cette liqueur, au fil de cette nouvelle série intitulée Une petite histoire du mot « thé ».

J’ai récemment découvert que le thé ne se résumait pas aux sachets criards de chez Lipt**, mais qu’il existait différentes sortes de thé (Pu-erh, Oolong, fumé…), et que la qualité du thé varie grandement d’une marque à l’autre, et même d’une gamme à l’autre. Mon flair m’a indiqué que le Oolong recelait une étymologie passionnante. J’ai alors décidé de mener l’enquête, non pas entre les pages soyeuses d’un dictionnaire, mais en face à face avec un connaisseur en la matière.

Par un matin gris d’octobre, j’ai rencontré Amaury, qui tient le salon de thé Paï-Sho à Dijon. Je suis entrée dans la minuscule boutique en me demandant où nous allions nous installer pour discuter.


À côté de la tentatrice vitrine exposant les pâtisseries, m’indique le propriétaire. Il m’attendait, ce qui n’est pas très surprenant sachant que j’avais annoncé la date et l’heure au préalable. Je n’avais en revanche pas anticipé ce qu’il proposa ensuite : « Comme vous vouliez en savoir plus sur le thé Oolong, j’ai pensé que nous pourrions en déguster un tout en discutant. »

La dégustation et l’étymologie de « Oolong » viendront, mais pour le moment, nous commencerons par le commencement. Comme je l’ai découvert au Paï-sho, rien que le mot « thé » recèle une vraie surprise étymologique.

Thé à la française ou chaï, indien qui a le bon mot ?

Le thé vient de Chine, et encore aujourd’hui, 80% des thés en sont importés. En Asie, de nombreux pays désignent cette liqueur avec un dérivé de la racine chinoise –cha, alors comment se fait-il que bon nombre de langues, notamment en Europe, utilisent un mot ressemblant à notre « thé » ?

En français, nous buvons du thé, mais aussi du chaï. Toutefois, ces deux boissons à base de thé sont différentes : le chaï, venu d’Indes, est infusé et épicé avec du massala. Mais si l’on regarde de plus près comment les autres langues désignent le thé, on peut observer un schéma.

Traductions et étymologie du mot « thé »

anglaistea
allemandTee
russeЧай (« tchaï »)
italien
portugaischà

On peut observer que certaines langues désignent le thé avec un mot ressemblant au français « thé », ou alors à l’indien « chaï ».

Certaines langues ont emprunté leur nom pour le thé au chinois classique 茶 (« cha ») : le portugais (au XVIe s.), le russe, mais aussi le turc et le persan. Tandis que d’autres langues ont pris le mot au malais teh qui vient lui-même de ce même idéogramme chinois 茶 auquel un trait a été enlevé, altérant sa prononciation. Conclusion : à travers le monde, le thé est désigné par des variations de deux formes différentes, mais elles n’ont qu’une seule et même racine

Servir le thé comme en Chine

Lorsque l’on va dans un café, le thé est souvent servi dans une petite théière en porcelaine blanche, ou bien une lourde théière en fonte, ou alors directement dans une tasse individuelle où trempe un sachet.

Quelle ne fut pas ma curiosité lorsque Amaury revint avec une carafe d’eau chaude et un plateau en bois sur lequel trônait un service en porcelaine dont seules les tasses m’étaient familières. « On se sert du bateau pour la préparation de thé classique », m’explique-t-il.

Origine du mot thé.

Il commença par me présenter le premier ustensile : un gaiwan. C’est un petit bol accompagné d’une soucoupe et d’un couvercle délicat. Les feuilles de thé se trouvaient déjà au fond. Amaury entreprit de verser un peu d’eau très chaude pour laver les feuilles, et vida l’eau à même le plateau en bois. L’eau disparut dans les rainures prévues à cet effet, car ce plateau, appelé « bateau », est doté d’un double fond. Rincer certains thés, comme celui-ci, permet de révéler tous leurs arômes. Puis, Amaury, remplit le gaiwan à ras bord et referma le couvercle pour laisser infuser le thé.

Je vous raconterai dans le chapitre dédié au thé noir pourquoi la théière en fonte a été entre-temps faussement élevée au rang d’ustensile « traditionnel » pour faire infuser le thé. Pour patienter, je vous invite à aller découvrir l’ « escale théinée » proposée au Paï-Sho, vous retrouverez toutes les informations sur sa page Facebook !

L’essentiel en quelques points

  • dans le monde, le thé est désigné soit par des variations du chinois classique cha, soit par des variations du malais teh, qui lui-même vient de cha
  • le mot « chaï » vient directement du mot chinois cha
  • le mot « thé » vient du malais teh qui vient du chinois cha

Une petite histoire du mot « thé »

Introduction : Le mot « thé » (et « chaï »)
Chapitre 1 : A venir

Sources

Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey, Robert, 1991
Origine et historique du mot thé : Son extension pour désigner diverses infusions, Francis Trépardoux, Pierre Delaveau, Revue d’Histoire de la Pharmacie, Année 1999, 322, pp. 247-253.
https://camellia-sinensis.com/fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.