La « Sérendipité »… xpialidoucious

Est-ce que ça vous est déjà arrivé de prendre le bateau à la recherche des Indes et d’atterrir aux Amériques à la place ?

Eh bien cela s’appelle de la sérendipité. Grosso modo, c’est lorsque l’on tombe sur autre chose que ce que l’on cherchait à l’origine. Ce qui ne risque pas d’arriver si l’on s’avisait de chercher ce mot dans le Larousse ou le Robert, puisqu’il n’y figure pas !

Pourtant, cet anglicisme est attesté en français depuis 1968, mais cette année historique avait sans doute été déjà suffisamment chargée en émotions pour que les lexicographes se prennent le chou avec la sérendipité. Qui nous vient d’où, d’ailleurs ?

Comme son nom ne l’indique pas, l’histoire de ce mot prend sa source dans un conte persan : « Les trois princes de Serendip » (1557), qui est d’abord passé en italien, puis en français, puis une deuxième version française a été traduite en anglais (1722). C’est là qu’un certain Horace Walpole, encore enfant, lut le conte, et qu’il s’en souvint, en 1754, au moment de créer le mot anglais « serendipity ».

Mais que nous vaut ce néologisme bien primesautier ? C’est qu’Horace se vantait auprès de son meilleur ami, un Horace aussi (ils s’appellent tous pareil pour qu’on se souvienne plus facilement des noms des protagonistes de cette anecdote) d’avoir résolu une mystérieuse énigme impliquant des armoiries vénitiennes et l’emblème des Médicis (ouh, on en frissonne déjà). Il avait trouvé la solution totalement par hasard (enfin il traînait quand même dans un bouquin sur les armoiries, ça aide). D’ailleurs, sa définition était « faire des découvertes inattendues, faites par accidents et sagacité. »

« Minute ! » m’interromprez-vous sauvagement, et je n’en attendais pas moins de vous, « qu’est-ce que ces princes de Perse avaient à voir avec la sérendipité ? »  La réponse tient en deux mots : « chameau borgne. » Dans le conte, nos trois altesses font un petit voyage, et ne cessent de faire des découvertes accidentelles, notamment lorsque l’un des princes se rend compte par hasard, en observant que le talus gauche du chemin qu’ils parcourent a été brouté, et pas le droit, alors que l’herbe y est plus belle, qu’un chameau borgne de l’œil droit est passé par là avant eux (bluffant, n’est-ce pas ?).

Et il n’en a pas fallu davantage à notre Horace Walpole pour forger ce nouveau mot, qui n’attend que de se laisser découvrir accidentellement par la sagacité d’un lexicographe de chez Larousse…

Sérendipité, définition, origine et étymologie

Einstein et la sérendipité

sources :
image : Serendipity par Swerling et Lazar pour Harold’s Planet

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s