Que diriez-vous d’un peu de peinture au « piment » ?

84aeea59777d1b6dc4e0dcccedc582a4

« Pigment » et « piment » sont sur un bateau… Le piment a la même origine que le mot pigment, cette substance colorante utilisée en peinture ! En effet, les deux remontent au latin classique pigmentum, la matière colorante, qui a ensuite pris un second sens en bas latin, celui d’aromate ou d’épice.

Quel rapport entre les deux ? me direz-vous. C’est qu’à partir du IIème s., les peintres n’allaient pas payer la peau des fesses l’Amazon à dos de dromadaire de l’époque pour faire venir leurs pigments directement dans leurs douves à lettres, mais utilisaient plutôt le circuit des marchands d’épices de la Route de la Soie. Le pigment le plus recherché par les peintres était le lapis-lazuli, une pierre d’un bleu incroyable, qui a complètement remplacé le bleu d’Égypte, qui primait jusqu’alors. Mais eux aussi saisis parfois d’un grand élan de flemmardise, les peintres utilisaient carrément des piments (au sens d’épices) comme le safran et le curcuma. D’ailleurs, pendant un moment, pigmentum désignait à la fois la couleur et l’épice, parce que c’était souvent la même chose. De quoi avoir envie de lécher un ou deux tableaux médiévaux !

On peut aussi parler de l’orpiment, un cristal dérivé de l’arsenic et un chouilla toxique (tout le monde range sa langue dans sa poche !), qui a pour racine auripigmentum (« couleur de l’or »), et on remarque que là aussi le « g » est tombé. D’ailleurs, je vous parlais ici des conséquences de l’utilisation de pigments toxiques par de célèbres peintres, si vous voulez le (re)découvrir !

Les plus célèbres utilisateurs d’orpiment étaient les irlandais à l’époque Romane (VIIIème et IXème s.), qui non seulement embobelinaient tout le monde en imitant avec l’orpiment la magnificence de l’or sur des évangéliaires tel que le célébrissime et splendissime Livre de Kells, mais frimaient aussi en chargeant sur les entrelacs, que d’autres opportunistes comme les vikings avaient empruntés, sous forme de bijoux ou de broderies précieuses, à… Byzance !

Pour finir sur une note culinaire, le CNRTL nous parle d’un autre sens, oublié, du mot « piment » :

Le piment était un mélange de vin, de miel et d’épices, irritant et échauffant, que du reste Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, interdit au XIesiècle à ses religieux (Ac. Gastr.1962)

La déprime que ça devait être à l’abbaye de Cluny après ça…


💬 Pour commenter, c’est facile, il suffit d’indiquer un pseudo et de valider ! Pas besoin de renseigner d’e-mail ou de site web (sauf si vous voulez être averti quand quelqu’un répond à votre commentaire, par exemple si vous me posez une question !).

Un grand merci au Scriptorium des 3 Chouettes pour ses explications concernant la route de la soie et le Book of Kells !

sources :
Les Matériaux de la couleur, F. Delamare et B. Guineau, Collection Découvertes Gallimard (n° 383), Série Sciences et techniques, Gallimard, 03-11-1999
http://www.cnrtl.fr/definition/piment
http://www.cnrtl.fr/definition/orpiment

images : Orpiment © Dominik Schläfli, et Instagram

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s