Praline, pralin, et compagnie : origine du mot, histoire et définition

Que l’on aime pâtisser ou simplement déguster, la praline est une confiserie incontournable et pourtant mystérieuse ? D’où vient la praline ? Qu’est-ce que c’est ? Que sont le pralin, le praliné et tutti quanti ? Cet article répond à toutes vos questions.

Qu’est-ce que la praline ?

La praline, n.f : bonbon de forme rocailleuse faite d’une amande torréfiée et rissolée dans du sucre. Existe aussi en rose.

Origine du mot et légendes culinaires

Montargis, quelque part entre 1636 et 1649,

Encore une découverte due à la sérendipité ? D’après la légende, oui…

Tout aurait commencé chez le Duc César de Choiseul, comte du Plessis-Praslin. La vie de château, des festins bi-hebdomadaires mi-politiques, mi-relations publiques, mi-flambage de carte bancaire, et surtout, d’immenses cuisines.

Origine du mot praline, et définitions pralin, praliné.

Origine du mot praline, et définitions pralin, praliné. Victory Schneider

La douce odeur de pâtisseries en préparation, le cliquetis d’ustensiles en bois et en porcelaine.

Le chef cuisinier orchestre ce gracieux et odorant ballet, il s’appelle Clément Jaluzot (ou Lassagne, selon les versions).
Notre bon Clément aurait fait tomber par inadvertance une amande dans du caramel. Une autre version est qu’il aurait été inspiré par un marmiton qu’il aurait vu grignoter des restes d’amandes pilés et d’éclats de caramel.

Le résultat est le même :

Clément Jaluzot ouvre sa propre boutique appelée la « Confiserie du Roy ». Il y vend des « praslines », dont il est largement reconnu qu’il est adapté du nom de son ancien maître, le comte du Plessis-Praslin.

Elle sera rachetée par un certain Léon Mazet et rebaptisée “Au maréchal duc de Praslin”, et qui tourne encore à ce jour.

Figurez-vous que la praline est citée dans l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert ! On y voit même la distinction entre la praline grise (non mondée), blanche (mondée) et rouge (colorée avec de la cochenille).

Cucul-la-praline : explication de l’expression

Comment est-on passé d’une délicieuse noisette enrobée dans du sucre bouillant à la notion de niaiserie et d’idiotie ? Recette :

  1. Prenez un mot péjoratif, comme « cul ».
  2. Dédoublez-le pour augmenter l’effet dévalorisant : « cucul ».
  3. Rajoutez un nom féminin derrière, pour amplifier son effet (les noms féminins ont un pouvoir intensifiant du fait du caractère plutôt sexiste de la langue française).
  4. Variez à l’infini :  cucul la rainette (Marcel Aymé).

On ne sait pas pourquoi la praline a été choisie pour compléter cucul. Mais une piste qui me paraît intéressante est que être idiot se disait également autre fois « être noix ». Un peu d’enrobage en sucre rose, et hop ! Mais ce n’est que mon hypothèse…

Petite parenthèse : Comment la langue française créé des mots en cascade

Pour inventer des mots, une technique facile et sans effort consiste à prendre un mot et à le changer de catégorie grammaticale, et encore, et encore, et encore. Exemple :

Avec le nom féminin praline, on a créé le verbe « praliner » qui signifie : faire rissoler dans du sucre. Et de ce verbe est né le nom d’une préparation à base de praline, ou d’autres choses, on verra ça en détail juste après, et cette préparation s’appelle… le pralin !

Pralin, qui es-tu ?

Je suis des pralines réduites en poudre. Ou plus souvent, des noisettes et des amandes caramélisées et broyées. On m’utilise comme sucre pimpé en pâtisserie. Gros bisous, ton pralin.

Et c’est là que se ramène le dernier luron de la famille Pralin.é.e : le praliné.

Le praliné, c’est du pralin (à base de praline, ou pas) mixé, les noix, un peu pulvérisées, vont exsuder l’huile qu’elles contiennent, et cette huile va nous faire obtenir une pâte onctueuse qui est la clef de voûte (je dis ça, parce que Notre-Dame vient de flamber comme une crêpe-Suzette) de desserts comme le Paris-Brest ou, plus luxe, le trianon ou gâteau royal (allez voir, c’est hypnotisant).

Ensuite, rien ne vous interdit de le mélanger à du chocolat, afin d’obtenir… du chocolat praliné.

Ce qui nous donne :

Praslin
(
pratronyme

praline
(n.f.)

↓ 
praliner
(v.)

↓ 
pralin
(n.m)


praliné
(n.m)


risques de caries
brossez-vous les dents après lecture de cet article
 

L’essentiel en quelques points
 •   praline vient du nom du comte de Plessis-Praslin, maître d’un chef cuisinier qui aurait inventé cette confiserie au XVIIè. S.
•   culcul-la-praline signifie niais, idiot, et est composé du dédoublement de « cul », accompagné d’un nom féminin qui en augmente l’intensité

Sources :

http://terroirs.denfrance.free.fr/p/produits_terroirs/centre_val_de_loire/praslines_mazet.html
https://www.mazetconfiseur.com/historique.html
https://ileauxepices.com/sucres/413-pralin.html
http://www.cnrtl.fr/definition/noix
http://www.cnrtl.fr/definition/cucul 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s