Les origines des mots bredele, spéculos et gingerbread sont aussi passionnantes qu'appétissantes.

Bredle, spéculos et gingerbread : origines, étymologies et un peu de magie de Noël !

Nos traditions de Noël nous sont pour beaucoup venues du Nord de l’Europe. Les marchés de Noël ? Allemagne. Les biscuits de Noël ? Allemagne. Le sapin de Noël ? Lettonie, Estonie ou Alsace allemande, on ne sait pas vraiment, mais c’est au Nord. Alors empaquetez votre brosse à dents et votre dentifrice : nous partons déguster des friandises de Noël du Nord de l’Europe !

Lire la suite »
Canal avec des barques encadré de maisons néerlandaises.

5 mots improbables venant du néerlandais

La majorité des mots français et anglais viennent du latin. On sait que quelques mots français viennent de l’arabe, ou du perse, mais peu savent que nous utilisons tous les jours des mots qui viennent du néerlandais ! Quels sont les mots français et anglais qui viennent des Pays-Bas et comment sont-ils arrivés là ?

1. Le pamplemousse. Ce mot vient du néerlandais pompelmoes (qui était un nom féminin, comme pour ceux qui le font pousser, d’ailleurs) est composé de pompel qui signifie « gros » et de limoes, le « citron ». Simple, efficace, délicieux saupoudré avec du sucre.

Lire la suite »
arbuste fruitier en pot portant des clémentines.

D’où viennent le nom de la clémentine et de la mandarine et comment les différencier ? (Christmas Special)

D’où vient le mot clémentine ? Quelle est l’origine de la mandarine ? Quelle est la différence entre mandarine et clémentine ?

En d’autres mots, la devinette étymologique du jour est : quel est le rapport entre un jaguatigre, une clémentine et un moine ?

Étymologie du mot clémentine

Le mot clémentine est un nom dérivé de celui du frère Clément, auquel on a ajouté le suffixe -ine selon l’exemple de « mandarine ».

Lire la suite »

L’orange a-t-elle donné son nom à la couleur ou vice versa ? Une étymologie.

Est-ce la couleur qui a donné son nom au fruit, ou le fruit qui a donné son nom à la couleur ? Cet article sur l’origine du mot orange donne la solution à ce mystère. Calendrier de l’avent 4 sur 4.

Pour le dernier opus de ce calendrier de l’avent étymologique 2018, nous allons parler orange. C’est de saison, puisque ce fruit de la famille des hespérides était un des cadeaux luxueux offerts à Noël à l’époque où Barbie ne faisait pas encore d’avions dépliants qui distribuent du Champagne. Je suis sûre qu’une question vous brûle les lèvres : mais qui est donc arrivé en premier : le nom de la couleur ou celui du fruit ?

Lire la suite »

Pourquoi dit-on l’Avent et non l’avant ?

D’où vient le mot Avent ? L’attente de Noël se trouve avant Noël, alors pourquoi n’est-ce pas orthographié « Avant » ?

Depuis tout petits, les mots « calendrier de l’avent » nous sont familiers. Le mot « avent » ne vous a-t-il jamais intrigué entre-temps ? Car même si dans la lithurgie l’avent désigne la période en attendant Noël, ce n’est pas « avant » Noël, mais « avent » avec un mystérieux « e » au milieu.

Lire la suite »

Les origines du mot « bougie » sont éclairantes (ha, ha !)

Nous sommes déjà le deuxième dimanche de l’Avent, et c’est l’occasion d’allumer la deuxième bougie de ce calendrier étymologique. Vous retrouverez tous les articles de cette série annuelle à la fin.

Figurez-vous que le mot « bougie » nous réserve une jolie surprise : ce mot ne vient ni du latin, ni du grec, comme il est assez commun de le faire pour les mots français.

Lire la suite »

Origine glacée du mot toboggan : histoire et utilisations inattendues

Quelle est l’origine du mot toboggan ? De quelle culture nous vient-il ? Pourquoi le toboggan est en réalité l’accessoire parfait pour l’hiver et Noël ?

C’est parti, la saison de Noël est en marche, et voici le premier d’une série de quatre articles spéciaux qui marqueront les quatre dimanches de l’Avent, vous retrouverez les articles de cette série annuelle à la fin.

Lire la suite »

D’où viennent les mots Noël, Christmas et Weihnachten ?

Devinez quel mot on va charcuter aujourd’hui ? NOËL ! Quelle surprise, on ne s’y attendait vraiment pas (mais il nous réserve tout de même quelques épiphanies…).

Et comme ça commençait à faire un moment que je n’avais pas comparé les manières de dire une même chose dans mes trois langues favorites : le français, l’anglais et l’allemand, et bien nous allons reprendre cette gymnastique du cerveau (et de la motricité bucco-maxillaire pour l’allemand, merci Goethe).

Lire la suite »