Poire, poireau : origine et définition

Vous vous demandez quelles sont les origines de la poire et du poireau ? Pourquoi leur orthographe se ressemble-t-elle autant ? Les mots « poire » et « poireau » ont-ils un lien étymologique ? Ne cherchez plus, les réponses à vos questions sont ici ! Vous apprendrez même les bienfaits de la consommation des poireaux.

Lire la suite

L’étymologie sidérante de « galaxie »

Quelle est l’étymologie du mot « galaxie » ? Cet article répondra à cette question, et à bien d’autres au passage (dont environ 34 que vous ne vous étiez pas encore posées).

Une rencontre imprévue

L’autre jour, j’ai découvert un mot que je ne connaissais pas en me cherchant une nouvelle tisane. Le rayon était immense et mon hésitation absolue. Au bout d’un moment, j’ai quand même fini par avoir en main mes trois potentiels champions. Quand tout à coup, je regarde la liste des effets bénéfiques (à l’en croire, chacune de ces tisanes était en réalité de la potion magique). Sur l’une d’elle, je tombe sur un mot inconnu, mystérieux, presque intimidant… : le mot « galactogène ».

Hop, je dégaine mon dictionnaire en huit tomes portatif, et je lis « aliment qui stimule la lactation ».

J’en ai conclus que comme tisane, y avait pas de problème, mais comme potion magique, elle ne m’apporterait rien. Vous aussi, vous pensez que le mot « galactogène » n’a rien à vous apporter ? Détrompez-vous ! Il contient une mine d’or étymologique. Enfilez vos sacaphandres et branchez vos bouteilles d’oxygène, nous partons à la recherche du rapport entre une tisane anis, basilic, fenouil, et la station spatiale internationale !

C’est (encore) la faute d’Hercule

Quand on lit « galactogène », on se dit qu’il n’y a pas cent-mille mots qui commencent en « gala- ». D’après mes statistiques anticipatrices personnelles, 99.99% d’entre vous auront pensé à « galaxie », les 0.01% restant s’étant relevé d’un coup dans leur fauteuil en s’exclamant « galactogène… comme la pomme Royal Gala ?! ». Prévisible…

Il faut savoir que tout ça, c’est de la faute d’Héraclès. On avait déjà parlé de son impact négatif sur la dénomination de la classe des oranges, pamplemousses et autres agrumes.

En savoir plus : Origine du mot citrouille

Et Héraclès revient, cette fois-ci pour mettre le bazar dans la stratosphère (comme vous le voyez, son ambition n’a pas de limite). À une époque où le ciel n’arborait pas la caractéristique traînée d’étoiles communément appelée « Voie Lactée », Zeus séduisit Alcmène, la femme d’Amphitryon. Pour ce faire, il se fit simplement le sosie d’Amphitryon (trop facile quand on a suivi le cours « Métamorphose pour les nuls »…). D’ailleurs, « sosie » vient du nom de l’esclave d’Amphitryon, Sosie, duquel Hermès avait pris les traits pour filer un coup de main à son divin père (minute figure rhétorique : quand un nom propre se transforme en nom commun, on dit que c’est une antonomase). Que s’est-il passé, me direz-vous, pour que ce soit la performance en métamorphose d’Hermès qui soit retenue, et non celle de Zeus ? Figurez-vous qu’Amphitryon est devenu le terme pour désigner celui qui invite au restaurant, ou chez lui, ses amis à dîner (encore une antonomase !). Ce qu’on aura retenu de lui, c’est qu’il aura, une fois dans sa vie, été sans le savoir la plus mémorable des bonnes poires (non, je rigole, c’est en référence à un copieux repas qu’il offre, dans la pièce de Molière, aux officiers de son armée).

Amphitryon n’avait jamais eu l’occasion de poser la main sur Alcmène, qui avait posé une condition simple et facile : qu’il venge ses huit frères de leur mort injuste (facile, je vous l’avais bien dit). Quand il rentra un jour plus tôt que la date prévue en lui annonçant qu’il avait réussi à venger ses frères, Alcmène ne remarqua pas les petits éclairs qui lui sortaient des narines, et la situation pris un tour imprévu (hrm, hrm). De fait, Alcmène passa une nuit de trente-six heures (oui, oui) en compagnie de Zeus, sous les traits de son mari. Au matin, elle se demanda ce qu’il avait bu quand elle le trouva dans la cuisine, suant et surexcité, à lui dire qu’il avait réussi à la venger comme si c’était une nouveauté, et à lui raconter une seconde fois tous ses exploits par le menu (d’accord, le nom de son mari veut dire « fatigant », mais il y a des limites…). Neuf mois plus tard, Amphitryon se retrouvait papa d’un enfant à la procréation duquel il n’avait pas eu l’occasion de participer. Toute cette histoire donna bien du fil à retordre à leur thérapeute conjugale. Du côté de l’Olympe, ce ne fut pas glorieux non plus, car Héra renifla à deux kilomètres l’odeur d’Alcmène sur le maillot de corps 100% coton crétois de Zeus et promis de retrouver cet enfant avant de le réduire en bâtonnets de mikado. Elle commença par tenter d’empêcher Alcmène d’accoucher en s’alliant avec la déesse des accouchements, comme vous pouvez le découvrir ici.

Après quelques rebondissements, l’enfant — qui s’appelait Alcide à ce moment-là de l’histoire — se retrouva à téter le sein de son ennemie jurée, Héra, qui avait quand même déjà tenté de le faire tuer par un serpent dans son berceau, sans anticiper la force prodigieuse et précoce d’Alcide. La force de ses mâchoires n’avaient rien à envier à celle de ses mains, et Héra se fit réveiller par une sensation de succion  digne d’un aspirateur HE2528XO Air Force Extrême (« HE » du nom d’Héphaïstos, égérie de la marque, qui l’utilise pour aspirer le sol de sa forge divine). Héra tira de toutes ses forces sur la sangsue en langes, agrippée à sa poitrine, qui se détacha dans un grand « SMACK ! » capable de réveiller tout l’Olympe. De rage, elle le jeta loin d’elle, et une giclée de son lait divin zébra le ciel sur 100 000 000 kilomètres. Eh voilà, la Voie Lactée est née dans la simplicité et la discrétion. Au passage, les Thébains — charmants habitants de Thèbes — disent que c’est ce jour où Héra est devenue sa mère nourricière sans le vouloir, qu’Alcide a été rebaptisé Héraclès, et que c’est son lait divin qui a fait de lui la « gloire (clès) d’Héra ». J’en connais une qui n’a pas dû apprécier le changement de prénom… et un qui l’a senti passer.

Origine du mot « galaxie »

Mais, me direz-vous, quel est le rapport avec cette tisane au fenouil ? Le mot « galaxie » vient tout droit du latin galaxias ( lui-même emprunté au grec γ α λ α ξ ι ́ α ς) : la Voie Lactée, et dans le cas de notre Galaxie, la première, c’est donc un synonyme dans le nom comme dans la définition de la Voie Lactée ! Il y a donc bien un rapport avec « galactogène », qui lui vient de gala, « lait », et gennan, « engendrer ». Au vu de ce mythe, on peut dire qu’Héraclès a un sacré effet galactogène. En conclusion : pas d’Héra, pas d’Héraclès ; pas d’Héraclès, pas de galaxie ; pas de galaxie, pas de tisane, CQFD.

Ne me jugez pas

Comme je suis un Détective des Mots qui aime les jeux de mots intersidéraux, quand je parlais de l’étymologie « sidérante » du mot galaxie, sachez que « sidérer » vient de sidera, « étoile » en latin (comme dans « sidéral » !). Parce que quand on est sidéré, c’est un peu comme si on s’était pris une étoile en pleine tête, non ?

L’essentiel en quelques points

  • « galactogène » et « galaxie » viennent tous deux du grec gala, « le lait »
  • « galaxie » veut dire Voie Lactée en latin (à saisir : deux mots pour le prix d’un !)
  • depuis Molière, un « amphitryon » désigne celui qui règle l’addition
  • « sosie » vient de ce moment où Hermès a pris les traits de Sosie, l’esclave d’Amphitryon

La Vie d’Hercule au fil des mots

Chapitre 1 : Hercule et la sage-femme
Chapitre 2 : Hercule et la galaxie
Chapitre 3 : Hercule et la citrouille

Sources

http://www.cndp.fr/crdp-creteil/telemaque/comite/mythologie-expressions.htm
https://mythologica.fr/grec/alcmene.htm
https://mythologica.fr/grec/heracles2.htm
https://www.littre.org/definition/amphitryon
http://www.cnrtl.fr/etymologie/galaxie
https://demgol.units.it/pdf/demgol_fr.pdf

Enquête privée #1 : étymologie d’Ultracrepidarianism

Les enquêtes privées, c’est le courrier du cœur étymologique des lecteurs et lectrices (appelés ici « Watsons »). Poser une question d’étymologie, obtenir une réponse personnalisée, en faire profiter les autres amateurs des langues, voilà la recette de cette rubrique.

Pour cette toute première enquête privée, un lecteur épatant m’a mise au défi d’enquêter sur l’étymologie du mot ultracrepidarianism ! Pour commencer, une petite définition ne nous ferait pas de mal, face à un oiseau rare (et anglais !) de cet acabit.

Ultracrepidarianism, nom (anglais) : le fait de donner son avis ou des conseils dans un domaine auquel on ne connaît rien.

Ce mot, dont la longueur et dont la façon dont les lettres y sont agencées demande une grande concentration pour le lire ou de le prononcer sans se prendre les pieds dans le tapis, a des origines tout à fait surprenantes !

Lire la suite

« Newt Scamander », étymologie d’un héros

Pourquoi le nom de Newton Scamander est-il Norbert Dragonneau en français ? Pourquoi J.K. Rowling a-t-elle choisi Scamander comme nom de famille ? Le nom du héros des Animaux Fantastiques révèle ici tous ses secrets…

Un nom qui n’est pas choisi au hasard

Les fiches de révisions intensives sur l’étymologie des noms tirés d’Harry Potter continuent ! 

Lire la suite

Débobinons les origines de l’« araignée »

L’araignée est un mot particulier, puisqu’il vient du nom d’un personnage mythologique. Idmon de Colophon, en Lydie, était teinturier, et avait une fille qu’il avait baptisée Arachné, sans savoir quelles conséquences indémêlables cela aurait sur la langue française. Arachné était passionnée de tissage, et devint si talentueuse dans son domaine qu’elle eut la merveilleuse idée de lancer un défi à Athéna pour prouver qu’elle était la meilleure. Ça, en français contemporain, ça s’appelle une grosse con***ie.

Peut-être ne connaissiez-vous pas le hobby caché d’Athéna, à savoir celui de se tisser une petite tapisserie entre deux combats sanglants et le toilettage hebdomadaire de sa chouette fétiche. Hobby qu’elle avait d’ailleurs élevé au rang de perfection. Enfin ça, c’était avant qu’une mortelle bouffie d’orgueil ne vienne semer le doute parmi les membres immortels de l’Académie Olympienne de Macramé, et faire germer du même coup un courroux aux doigts de roses funéraires dans le cœur d’Athéna.
Le concours se déroulerait comme suit : les deux adversaires devraient créer une œuvre originale et à la fin du temps imparti, elles montreraient leur chef-d’œuvre respectif. Sans perdre de temps, elles se vissèrent devant leur métier à tisser en pestant en grec ancien et se mirent au travail. Le Jour J, comme Julius, Athéna et Arachné déroulèrent leurs ouvrages et scrutèrent avec sévérité celui de leur rivale.

L'origine du mot « araignée » est passionnante.

Athéna avait représenté avec finesse et magnificence le panthéon des dieux dans toute leur gloire, tandis qu’Arachné avait choisi pour thème les aventures amoureuses de ceux-ci.
Athéna verdit de jalousie : le travail d’Arachné était meilleur que le sien ! La colère lui monta au nez et elle déchira la splendide tapisserie de sa rivale dans un geste de rage. Arachné, submergée par le désespoir, avisa une corde qui avait la bonne idée d’être suspendue au plafond pile à  ce moment-là, et se pendit.

Athéna eut pitié de la mortelle moribonde et desserra la corde, puis changea Arachné en un nouvel animal dans le bestiaire mythologique : une araignée, afin qu’elle tisse pour l’éternité de translucides tapisseries soyeuses.

Et c’est ainsi que l’araignée aurait été créée, livrée avec un joli petit nom tamponné d’un sceau doré aux initiales d’Athéna. La réalité de la naissance du mot « araignée » est en vérité toute autre, mais elle réserve quelques surprises également. En latin, les gens appellaient areneus l’araignée, et arenea la toile d’araignée (tout ce beau monde vient quand même du grec arakhnê). Mais un scandale sous-terrain secoue le monde des dictionnaires : du XIIème au XVIème s., la toile d’araignée s’appelait « araignée », et l’araignée… « araigne » ! Mais comment en sommes-nous arrivés à ce que l’« araigne » devienne une araignée et que l’« araignée » se change en toile d’araignée ? Au fil du temps, les français se sont mis à désigner du nom d’« araignée » à la fois la bestiole et sa toile. Il était alors facile de ne plus savoir de laquelle des deux on parlait, plus personne ne s’y retrouvait et cela provoqua de nombreuses disputes pendant les repas de famille, vous vous doutez bien… Histoire d’arrêter d’embrouiller les gens, on a alors dû filouter en filant la métaphore textile pour désigner le piège tissé par l’araignée a l’aide d’une périphrase : « toile d’araignée ». Faut dire que c’est grave d’embrouiller quelqu’un sur le fait qu’on parlait de l’araignée poilue et pas de l’araignée, l’autre, celle en soie. Bref. Vous l’aurez compris, l’étymologie d’araignée est compliquée à démêler.

Sources

«ARACHNÉ», Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 4 août 2018. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/arachne/
http://www.cnrtl.fr/definition/araign%C3%A9e
Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey, Le Robert, 2016

3 synonymes de « succinct » et leurs origines

Pour varier notre vocabulaire, briller dans une dissertation du bac, ou tout simplement s’émerveiller de la beauté de la langue française, voici 3 synonymes de l’adjectif « succinct », avec leur définition et leur origine.

Étymologie du mot succinct

Revenons d’abord par expliquer le sens et l’étymologie bizarre du mot « succinct » : lorsque l’on s’exprime de façon succincte, on dit tout en peu de mots. Or, succinct vient du latin succinctus (d’où le « c » muet), qui signifiait : « court vêtu ». Amusant d’imaginer un discours réduit à son plus simple appareil.

Lire la suite

Le « papier » se livre

Avant d’écrire sur du néant électronique, nous avons longtemps écrit sur du papier d’arbre, après avoir abandonné le papier de chiffon, le papier de peau de vache, et bien avant encore : le papier de plante angiosperme monocotylédone de la famille des Cypéracées. En substance, le papyrus, ancêtre du papier, est un support pour écrire fait à partir d’un tressage de tiges de la plante égyptienne du même nom. On peut l’observer notamment dans les fresques quand on se promène la nuit dans les labyrinthes mortels des tombeaux de pharaon. Mais d’où vient le mot « papier » ?

https://unsplash.com/photos/WmnsGyaFnCQ

L’étymologie du papier ne vient pas des arbres, mais du papyrus. JJ Ying

Le papyrus d’Égypte fut employé en Europe jusqu’au VIIIe s. Ensuite, les Arabes bloquant le commerce avec le Nil, les moines copistes se sont rabattus sur le parchemin, jusqu’au XIIe s.

À la fin de ce siècle, on a adopté le papier de chiffon, importé de Chine (déjà à l’époque, bon sang de bonsoir !!).

 

J’ai tapé « papier » dans le dictionnaire d’étymologie française le plus fiable au monde, et j’ai vu ça :

Désespoir étymologique

Après deux minutes de détresse respiratoire face à ce pavé aride d’abréviations, de citations en provençal médiéval, et de titres de bouquins avec auteur/chapitre/page/ligne/longitude/latitude, j’ai fini par repérer un troupeau de paperium et papyrum au troisième quart du texte, je me suis donc dit que j’étais sur la bonne piste. Et comble de l’étymologie faite chair et os, le mot « papier », a aussi pour ancêtre le mot « papyrus » ! (Hurlements euphoriques.) Au XIIe s., le papier de chiffon était d’ailleurs appelé « papyrus », exactement comme les anglais appellent notebook aussi bien un calepin qu’un mini ordinateur portable, quoi.

Dernière mise à jour : 03/09/19


💬 Pour commenter, c’est facile, il suffit d’indiquer un pseudo et de valider ! Pas besoin de renseigner d’e-mail ou de site web (sauf si vous voulez être averti quand quelqu’un répond à votre commentaire, par exemple si vous me posez une question !).

96997c4552d18b8f86cf746e773965b2

sources :
http://www.cnrtl.fr/definition/papier
image :  http://vikingpenguinbooks.tumblr.com/post/11621529219/were-here