L’histoire du mot « clock » ne tourne pas rond

Quel est le rapport entre une pendule et une cape ? C’est l’histoire du mot anglais clock (pendule), qui prend ses racines dans un pays tout près de l’Angleterre (y en a pas 50). Clock vient donc de l’ancien irlandais clocc (cloche). Mais le mot n’est pas juste passé des irlandais aux anglais comme ça, loin de là !

A la demande de Saint Patrick, des missionnaires irlandais sont partis à travers l’Europe annoncer la Bonne Nouvelle, la bière et les lutins. Ils s’y sont rendus en faisant sonner leur clocc pour prévenir de leur venue.

https://unsplash.com/photos/FlHdnPO6dlw

L’origine du mot clock a vu du pays : explication et étymologie. Jon Tyson

Les allemands ont piqué clocc aux irlandais pour en faire leur cloche à eux, die Glocke. Puis les flamands ont chipé Glocke aux allemands, PUIS les français ont chapardé le mot aux flamands pour en faire « cloche », et c’est SEULEMENT à ce moment-là de l’histoire que les anglais ont kidnappé le mot aux français pour en faire clock.

Eh bah enfin ! Mais les anglais ont fait les choses bien, et ont également dérivé cloche en cloak (la cape), parce que pour eux, la cape a une forme de … cloche. CQFD.


💬 Pour commenter, c’est facile, il suffit d’indiquer un pseudo et de valider ! Pas besoin de renseigner d’e-mail ou de site web (sauf si vous voulez être averti quand quelqu’un répond à votre commentaire, par exemple si vous me posez une question !).

sources :
https://www.etymonline.com/word/clock
http://www.cnrtl.fr/definition/cloche

« Jack-o-lantern » ou creusons l’étymologie de la citrouille d’Halloween

Halloween, sous ses airs de fête enfantine, est la contraction de All Hallows Eve, « la veille de tous les saints », car le 31 octobre se trouve la veille du 1er novembre désigné jour de Tous les Saints (Toussaint) par le pape Grégoire III. All Hallows Eve supplanta alors la fête des morts celtique appelée Samhain, nuit où les fantômes venaient visiter les mortels, qui se déguisaient en fantômes pour se faire passer pour l’un des leurs. Mais le plus amusant, c’est le nom anglais de ces citrouilles sculptées : Jack-O-Lantern, c’est-à-dire  » Jack à la lanterne « , mais Jack qui ?Voici l’authentique légende celtique de la création des Jack-O-lanterns (feat. Satan et des navets).

L’histoire se passe il y a un tas de siècles, et a pour héros un irlandais, Jack. Le plus radin, et le plus chameau de tous les irlandais. Jamais il n’offrait son aide ou son argent à quiconque. Et en plus de ça c’était un poivrot fini.

Le nom original des citrouilles creusées et son étymologie : Jack-O-Lantern

Un soir, Satan eut écho des méfaits de Jack. Il y en avait tellement que le diable piqua une crise de jalousie et décida d’aller voir la légende de ses propres yeux (et accessoirement lui chercher des noises). Il fit en sorte de se vautrer sous les pas de Jack, qui lui trébucha dessus, reconnut à qui il avait affaire, et sut immédiatement qu’il était profondément dans la merde. S’ensuit alors une série de péripéties où notre irlandais convainc Satan de l’accompagner boire une dernière ale (bière anglaise sans bulles). Jack fait mine de ne pas avoir de quoi payer, et persuade le diable de se changer en pièce afin de régler la consommation, Jack fourre alors la pièce/Satan dans sa bourse avec un crucifix en argent pour l’empêcher de se retransformer. Il finit par libérer Satan, très vénère, qui le poursuit partout en hurlant et en crachant des flammèches par le nez. Alors Jack grimpe dans un arbre, Satan le suit, l’irlandais narquois saute de l’arbre et grave fissa une croix sur le tronc, empêchant ainsi Satan de descendre lui faire la peau. Jack s’enfuit, et échappe ainsi au seigneur des enfers.
Satan descendit on ne sait pas trop comment de son perchoir, douché. Et comme le dit le dicton « Satan échaudé craint l’eau froide », il se garda bien d’essayer de retrouver cette saleté de mortel.

Et pis un jour, Jack meurt enfin de sa belle mort (une bonne cirrhose bien méritée, j’imagine), et c’est là que tout part vraiment en sucette pour Jack. Il se ramène devant Saint Pierre, qui regarde son dossier et s’exclame : « Vous, dans mon paradis ? Jamais de la vie ! » Jack descend donc aux enfers, et là, il tombe sur Satan, qui lui lance un regard mauvais et lui dit « Après toutes ces humiliations ? Plutôt crever ! »
Et Satan lui donne une chandelle et l’envoie errer dans les limbes jusqu’au Jugement Dernier (et bim).
Jack, tout seul dans le noir, avec sa pauvre chandelle, ramasse un navet (oui, tu as bien lu), l’évide, et en fait une lanterne pour que sa lumière soit protégée pour l’éternité.

On racontait cette légende lors de la fête de Samhain, soir durant lequel les irlandais pensaient que les morts revenaient les hanter. Ils se déguisaient donc en fantôme pour se faire passer pour l’un des leurs (quel astucieux stratagème!), et décoraient leurs maisons avec des navets illuminés, parce que vraiment, il n’y a rien de plus in que des navets.

La fête de Samhain, est devenue chrétienne, a changé de nom pour Halloween, mais quelques traditions celtiques ont perduré. C’est lorsque les irlandais qui avaient émigrés aux USA ont voulu faire des lanternes pour célébrer Halloween, qu’ils n’ont pas trouvé de navets, et ont dû se rabattre sur des citrouilles. Et voilà comment petit navet devint grande citrouille.

Happy Halloween!

Sources


https://www.etymonline.com/word/halloween
http://www.pumpkinnook.com/facts/jack.htm

Dernière mise à jour : 14 octobre 2019

L’étymologie de nightmare est un vrai cauchemar…

Vous vous demandez si nightmare signifie littéralement « jument de la nuit » ? Vous ne savez jamais si cauchemar prend un « d » à la fin ? L’étymologie peut vous aider. Toutes les réponses sont dans cet article !

Aviez-vous remarqué que dans « cauchemar », il y a « -mar », et que dans nightmare, il y a « -mare » ? Une telle similitude pourrait bien cacher une étymologie commune… non ? Le Détective des Mots s’est penché sur le sujet.

Lire la suite

« Eavesdrop » ou comment les anglais ne laissent pas traîner leurs oreilles comme tout le monde

« Laisser traîner ses oreilles », voilà une expression bien française. Mais quel est son équivalent anglais ? Voici tous les secrets des origines d’une expression anglaise pour briller en société.

Elle se dit eavesdrop en anglais. Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce mot vient de l’architecture.

Si on dissèque le mot, on a « eave », qui désigne le rebord d’un toit, et « drip », qui signifie goutter.

Écouter aux portes en anglais se dit « eavesdrop », une expression très descriptive et amusante. Nik MacMillan

Écouter aux portes en anglais se dit « eavesdrop », une expression très descriptive et amusante. Nik MacMillan

Ça va loin ! En un mot, eavesdrops donc celui qui se tient sous la gouttière, près d’une fenêtre, par exemple !

On retrouve la même idée avec notre « écouter au portes », en fait, mais avec un peu plus de détails géographo-spatialo-architecturaux.

Et ce qui est génial, c’est que les anglais (à l’instar des allemands) peuvent changer un mot de catégorie sans effort, et « celui qui écoute aux portes » est tout simplement an eavesdropper !


💬 Pour commenter, c’est facile, il suffit d’indiquer un pseudo et de valider ! Pas besoin de renseigner d’e-mail ou de site web (sauf si vous voulez être averti quand quelqu’un répond à votre commentaire, par exemple si vous me posez une question !).

source : http://www.bbc.co.uk/programmes/w3csvflc

Dernière mise à jour : 05/04/19

Le secret du mot « goodbye »

Goodbye, petit mot innocent que l’on apprend à l’âge où l’on commence à fréquenter les professeurs d’anglais. Mais en réalité, derrière ce petit mot, c’est l’omniprésence de Dieu qui se cache (rien que ça!).

Goodbye cache une référence religieuse dans son étymologie. Jed Owen

Goodbye cache une référence religieuse dans son étymologie. Jed Owen

Il se trouve qu’en 1380 et des poussières, goodbwye était la contraction favorite des anglais qui voulaient écrire prestement « God be with you » à la fin d’une missive urgente, avant de se faire occire par un roturier très très énervé.

Le programme culturel médiéval était en effet varié : révolution paysanne, prise de la Tour de Londres, massacre de nobles, représailles sanglantes par ces derniers, &c.


💬 Pour commenter, c’est facile, il suffit d’indiquer un pseudo et de valider ! Pas besoin de renseigner d’e-mail ou de site web (sauf si vous voulez être averti quand quelqu’un répond à votre commentaire, par exemple si vous me posez une question !).

source :
https://www.etymonline.com/word/good-bye

L’étymologie de sky confirme qu’il fait toujours gris en Angleterre

L’anglais est composé à 30% de mots venant du français (ils n’ont pas été déçu de la petite visite de Guillaume le Conquérant en 1066). Mais  pour sa part, le mot anglais pour « ciel », sky, vient du viking.

Et il voulait dire « nuage ».

En bref, quand les premiers vikings sont arrivés en Angleterre, ils se sont sûrement mis à pointer le ciel en disant « Quel temps de merde par ici, mate-moi cette couverture nuageuse. » Et les anglais de penser que sky signifie ciel. Sauf que non. Mais ils ont adopté le mot quand même. Damn.

Conclusion : sky est une métonymie, un élément du ciel (le nuage) a fini par désigner le ciel tout entier.

Le mot sky ne signifiait pas ciel à l’origine. Photo de Dominik Schroder sur Unsplash.

Sources

https://www.etymonline.com/word/sky