Isandre répond au Questionnaire de Proust spécial langue française

Cet été paraissait sur le blog de la La Plume d’Isandre un article qu’elle m’avait commandé. J’ai été très touchée d’avoir l’opportunité de faire une si chouette collaboration avec une blogueuse, et j’ai adoré analyser l’étymologie du nom de son blog !

Voici le jeu que j’ai proposé à Isandre : répondre à un célèbre questionnaire revisité par mes soins pour révéler la façon dont le questionné voit la langue française, ses références littéraires, ses goûts sonores et ses madeleines linguistiques (vous avez vu ce que je viens de faire ?).

Le Questionnaire de Proust

Proust, célèbre pour sa madeleine spongieuse et dégoulinante, se prêta par deux fois au jeu d’un questionnaire de personnalité alors en vogue en Angleterre. Ses réponses sont chaque fois pleines d’esprit et si cinglantes que son nom est resté.

Vous pourrez retrouver mon questionnaire de Proust spécial langue française à la fin. Faites-le faire à vos ami.es, partagez-moi vos réponses, je suis curieuse de découvrir quelle forme prend votre amour des mots 🙂

1. Le mot que je disais tout le temps de travers étant enfant

Je croyais que le Bengladesh était “le bain de la dèche”, ma grand mère, qui le disait avec l’accent provençal, donc avec un son plutôt vers “ain” que “en”, l me parlait tout le temps des “pauvres enfants du bain de la dèche” quand je ne voulais pas finir mon assiette, alors ça me semblait logique…

2. L’expression française que je préfère

Il faut pas pousser Mémé dans les orties ! On en revient aux grand-mères…Mais qui peut bien avoir eu cette idée saugrenue ? Mais je peux vous garantir que chez nous, il valait et vaut vraiment mieux pas 😉 ! Ce qui fait que cela me fait beaucoup rire de penser à ce qui arriverait à qui aurait la mauvaise idée de pousser les grand-mères de la famille dans des orties ! 

3. Mon mot d’argot préféré

Chelou, parce que je trouve que ce mot d’argot est aussi louche que son sens ! Mais avec un petit côté bizarre/drôle, que n’a pas louche qui pour moi est bien plus inquiétant. 


Merci de lire Le Détective des Mots

Découvrir 200+ étymologies surprenantes


4. Le son que je déteste en français

Je déteste pas, mais gne gna, c’est plutôt moche quand on y pense en le détachant des mots.

5. Mon mot français préféré du moment

Guérison.

6. Le mot français que je déteste

L’existence du mot génocide me fait pleurer.

7. La faute grammaticale que je fais souvent

J’ai rien compris à l’accord des verbes pronominaux 😦

8. La plus grande qualité de la langue française

Elle est belle à lire, à dire, à entendre….je suis amoureuse de ma langue maternelle, et si je n’en gardais qu’une ce serait celle là, même s’il y en a d’autres que j’aime beaucoup. 

9. Le plus grand défaut de la langue française 

Les exceptions ! C’est vraiment du grand n’importe quoi ! 

10. Ma préférence : lire un style plutôt classique ou plutôt original ?

En français: plutôt moderne. Classique ou original les deux me vont si c’est bien écrit.

11. Mes auteurs favoris en prose

Ce sont surtout des auteurs étrangers, mais sinon Molière, Maupassant, Colette, Jean Giono, David Foekinos, Andrée Chédid qui a donné tant de fil à retordre aux bacheliers de 2019. Je déteste quand on me demande mes auteurs favoris, j’ai l’impression que j’en abandonne pleins derrière ! Je lis aussi par cycles, je vais lire un auteur à fond puis passer à tout autre chose des fois. J’aimerais bien citer plus de femmes mais je trouve plus d’auteurs qui m’ont emportée dans la littérature étrangère que française, par exemple Jane Austen, Isabel Allende, Elsa Morante. Il faut dire qu’en France, il a fallu que les femmes se taillent une place encore très récemment. Au XIXème, on leur censurait les livres qui étaient “contraires à la morale” pendant que les jeunes femmes anglaises pouvaient écrire des romans gothiques…

12. Mes poètes favoris

 Prévert, Eluard, Roger Char, Apollinaire, Victor Hugo, .  Tout pareil, il y a une vingtaine d’années, j’ai été invitée à la Sorbonne pour la sortie d’un livre sur les nouveaux poètes, où certains de mes textes figuraient. Et dans la présentation, en gros, on a dit “oh mais ça alors il existe aussi des femmes poètes” ! A la Sorbonne, fin XXème siècle, début XXIème, je ne sais plus. Je n’en suis toujours pas revenue. 

13. Ma citation préférée tirée d’un livre

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

« L’Albatros », Baudelaire, dans les Fleurs du Mal 

14. Le livre que j’ai détesté lire 

Je n’ai pas réussi à dépasser les 1e pages de l’Assommoir de Zola pour les auteurs français et même chose pour Lolita de Nabokov chez les auteurs étrangers. 

15. Le nom d’animal le plus amusant 

Ornythorinque (et l’animal lui-même aussi).

16. Le nom de fleur que je préfère

 Cœur de Marie.

17. La langue étrangère que j’admire le plus

Oh c’est dur, je vais choisir l’italien d’une partie de mes ancêtres. Mais j’aime beaucoup lire en anglais. (exactement à ce stade mon mari m’a passé du rap en russe et là tout de suite ça n’a pas fait grandir mon admiration pour cette langue !).

18. Si la définition de « sémaphore » signifiait autre chose, ce serait…

Un dérivé du langage du Moyen Age, il s’agit en fait de la devise “C’est mon fort”, bien sûr.  Elle a été d’abord employé par les guerriers vikings qui réussissaient à occuper une forteresse, puis par leurs descendants qui se prélassaient dans des châteaux. Par extension, cela définit une sémantique forte, c’est à dire qui a été contrôlée et approuvée par le Détective des Mots, donc elle ne craint plus rien ! 

19. Ce qui aura le plus changé dans la langue française dans 50 ans 

L’argot, chaque génération veut se distinguer de la précédente dans ce domaine, donc cela évolue toujours beaucoup.

20. Mon étymologie fictive et amusante pour « pantoufle »

Le mot pantoufle vient de pantalon et ouf, car la pantoufle est comme un petit pantalon que l’on n’enfile au pied en soupirant de bien être quand on rentre chez soi. Le mot pantalon vient du latin pantaleone tandis que ouf était une locution des chasseurs du Grand Nord lorsqu’ils rentraient enfin chez eux après avoir eu très froid.

Où retrouver Isandre dans la cybersphère :

C’est une expérience de découverte de soi et des autres, en se mettant dans les chaussures d’un.e amoureux.se des mots, et de voir comme il est possible de les aimer de mille façons différentes et uniques !

7 réflexions sur “Isandre répond au Questionnaire de Proust spécial langue française

  1. Excellente définition de sémaphore…
    Merveilleuse étymologie de Pantoufle….
    Mais quand on a grandit avec le bain de la dèche, on ne peut qu’avoir une grande imagination face à la langue française😘
    Bises

    Aimé par 1 personne

  2. A reblogué ceci sur La plume d'Isandreet a ajouté:
    Le blog Le Détective des mots m’a interrogée sur cette belle langue passionnante qu’est est ma langue maternelle, le français, dans un questionnaire de Proust revisité à sa sauce où l’on croise entre autres une pantoufle et un sémaphore…
    Voilà mes réponses à ses questions.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.